LE SPORT ET LES PETITS

Avoir un enfant actif, en particulier en ville, est un problème dans la mesure où l'on ne peut lui faire pratiquer beaucoup d'activité sportive.
Bien entendu quand il sont tout petit, vous pouvez les amener au parc ou square près de votre domicile ou lui offrir des séances de bébé-gym ou bébé-nageurs. Ces activités se sont bien développées ces dernières années. Il existe aussi les clubs spécialisés dans l'accueil des plus jeunes, type Gymboree. Renseignez-vous, il est souvent possible de faire une séance d'essai gratuite avec son enfant. Personnellement je n'ai pas été convaincue mais avec mon "agité", rien ne m'aurait convaincue. Beaucoup d'amies sont enchantées de ces clubs...
Cependant quand votre enfant atteint 3 ans et pour peu qu'il soit "costaud", ces séances se révèlent vite insuffisantes à le satisfaire. Alors que faire de Petibout qui rêve de se dépenser sans y parvenir ?
Soyons réalistes, à 3 ans, un enfant ne peut pratiquer qu'un seul sport: la natation. A condition qu'il accepte de tremper les pieds dans l'eau et ne hurle pas dès qu'on lui parle de maillot...
Après 3 ans 1/2, on peut si l'enfant est grand physiquement et débrouillard, essayer de l'emmener au judo. Certains clubs (d'accord ils sont rares !) propose le judo dès 4 ans. Si votre petit bout est enthousiaste et qu'il vous semble judicieux de tenter l'expérience, rendez-vous dans un club qui accepte les petits et faites une séance d'essai. A l'issue de cette dernière, le professeur vous dira s'il accepte ou non votre enfant. Pensez aussi à la fin de la séance à demander son avis à votre enfant. C'est aussi sa décision. Rien ne sert de le pousser, cela risquerait de le dégoûter. Le judo est un sport qui peut être pratiqué indifféremment par une fille ou un garçon. Les filles aiment bien et s'y montrent souvent agiles.

J'ai tenté l'expérience avec mon fils (pas encore 4 ans) et après moultes recherches nous avons trouvé un club dans le XIIIème arrondissement. En dehors du fait qu'il a fini par ne plus aimer cette activité (cette année là car depuis il en refait), il y avait un inconvénient majeur: la course à l'heure dans Paris.

Mais ça les parisiens me comprennent... Essayer de circuler dans Paris le mercredi après-midi entre l'heure du déjeûner, pour arriver à l'heure pour la séance à l'autre bout de la capitale et repartir aussi "speed" pour faire les devoirs... Bref l'horreur absolue ! Et encore cette année là, il n'avait pas de devoir (il était en petite section maternelle, mais il fallait courir malgré tout pour avoir le temps du bain !).

Copyright.2006-2007 Maisonetcompagnie.net. Tous droits réservés
 
 
 
 
 
2001-2002
Zone-creation.com


Hit-Parade